La filière métier a mutualisé des données inédites qu’elle restitue sous la forme de supports didactiques*. Ces chiffres et analyses démontrent qu’avec une utilisation optimale d’eau, les systèmes de lavage en station, quels qu’ils soient, contribuent à la réduction de la consommation en eau. En même temps, leur dispositif d’assainissement des eaux de lavage protège les nappes phréatiques de la pollution présente sur les véhicules, évaluée à des milliers de tonnes d’hydrocarbures et de métaux lourds par an.

La campagne « Centre en activité, environnement préservé » accompagne l’action collective de la branche Métier. Elle vise une collaboration plus soutenue avec les pouvoirs publics et professionnels de l’eau dans l’élaboration des politiques efficaces de préservation durable de la ressource en eau.

Les centres de lavage professionnels : des acteurs essentiels à la préservation de la ressource en eau

1/En protégeant les nappes phréatiques de la pollution automobile

Les chiffres le confirment, le métier est un des principaux acteurs de la dépollution, alors que le nombre de lavages annuel est estimé à 232 millions (dont 134 millions en station), avec une fréquence moyenne de 6 fois par an.  Par ailleurs, le poids des voyageurs polluants sur les carrosseries du parc automobile français est évalué à 92 500 tonnes par an.

Par leur action, les centres de lavage contribuent à la protection des nappes phréatiques en captant les polluants déposés sur les carrosseries sales. Ce rôle de filtre est vital pour nos ressources d’eau potable et mérite la reconnaissance d’un métier qui concerne 24 500 actifs.

2/En maitrisant la consommation en eau

Depuis longtemps la filière justifie sa maîtrise de la consommation d’eau par l’utilisation de systèmes de lavage économiseur d’eau. Haute pression, portique, tunnel, quel qu’il soit, il consommera toujours 2 à 3 fois moins qu’un lavage à domicile.

Aujourd’hui, la profession va plus loin dans son argumentation en affirmant que la consommation est quasi nulle dans un centre de lavage car plus de 95% de l’eau utilisée est récupérée par un système d’assainissement et restituée. L’eau filtrée est dirigée vers les stations d’épuration et les boues polluées sont collectées par des organismes agréés.

Economiseur : 0,2% de la consommation totale d’eau douce

Les centres n’ont qu’une très faible influence sur la consommation d’eau. Quelques exemples sont donnés pour mettre en perspective la faible part du lavage professionnel par rapport à d’autres usages du quotidien ou au gaspillage sans compter les fuites dans les réseaux estimées à 20% en moyenne.